01/02/2014
Alena KOSCALOVA, Fassouma OUSMANE and Enrique JIMENEZ

La chimio-prévention du paludisme saisonnier (CPS) a été mise en œuvre au Niger en 2013, conformément aux recommandations de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) et à la politique nationale de lutte contre le paludisme. Elle s’est déroulée sous la forme d’une campagne de masse qui a consisté en l’administration de doses curatives de sulphadoxine-pyriméthamine et d'amodiaquine durant trois jours, à un mois d’intervalle entre juillet et novembre, aux enfants de 3 à 59 mois. La population cible des enfants de 3 à 59 mois résidant dans 12 aires de santé (AS) de cinq districts sanitaires (DS) (Magaria, Madaoua, Bouza, Madaraounfa et Guidam-Roumdji) répartis dans trois régions du Niger (Zinder, Tahoua, Maradi) a été initialement estimée à 139 000. Cette estimation a été revue à la hausse de 50 % à l'issue de recensements exhaustifs effectués dans les différents DS, portant le nombre total d'enfants ciblés par la CPS à 206 000. Les médicaments de CPS, disponibles sous forme de co-blister combinant le SP et l'AQ, ont été distribués par plus de 2 000 agents communautaires encadrés par 90 superviseurs, et ce, sur un ensemble de 179 sites fixes et de 75 sites fixes avancés et par 99 équipes faisant du porte-à-porte. Seules les équipes d’OCB dans le DS de Guidam Roumdji ont surveillé la prise des médicaments pendant les trois jours. Dans les autres DS, seule la première dose de médicaments a été administrée sous surveillance, les deux autres ont été administrées à domicile par les accompagnants.